{Roman Jeunesse} Tant que nous sommes vivants – Anne-Laure Bondoux

tantquenoussommes« Quand ils furent face à face, le vacarme sembla s’atténuer, comme si la neige avait soudain recouvert les fours, les ponts roulants, les poches à coulées, les extrudeuses. Plus personne ne poinçonnait, plus personne n’ajustait ni ne soudait ; nous avions du coton dans les oreilles.
Sous nos yeux, leurs mains se frôlèrent.
Un sourire d’enfant illumina le visage de Hama, et un frisson secoua la grande carcasse de Bo. Nous aurions juré assister à des retrouvailles.
Cela ne dura qu’un instant, quelques secondes fragiles, gracieuses, volées à l’entêtante nécessité de l’Usine. Mais cela suffit à nous rappeler une chose essentielle : le feu qui brûlait dans le ventre de nos fourneaux brûlait encore dans nos veines. »

Bo et Hama s’aiment. Mais pour le forgeron venu du Nord et la fille de la communauté, dans cette ville devenue misérable, où les usines ont fermé les unes après les autres, où chacun s’est petit à petit éloigné de son voisin, ce qui aurait dû être une bénédiction est devenu une provocation. Mais ils s’en moquent bien, Bo et Hama. Ils s’aiment.

Leurs regards se sont croisés un jour, elle quittait l’usine, lui prenait son tour et… le reste n’a pas d’importance. Le dimanche, quand ils ont enfin un peu de temps à eux, ils dansent, s’amusent, se glissent sous les draps, profitent de ces quelques heures de répit que l’usine ne broie pas. Chaque jour, ils participent à la construction d’armes de guerre. Quelle guerre ? Ils ne le savent pas. Mais ils s’en moquent bien, Bo et Hama. Ils s’aiment. (suite…)

{Roman Jeunesse} Six of Crows – Leigh Bardugo

six-of-crows« Kaz ne pouvait distinguer les traits d’Inej dans le noir, mais il sentait son regard désapprobateur.
– La cupidité est ton seul dieu.
Il se retint de rire.
– Non, Inej. La cupidité courbe l’échine devant moi. C’est mon serviteur et mon levier.
– Alors quel dieu sers-tu ?
– Celui qui me rendra riche.
– Ce n’est pas ce que font les dieux.
– Je m’en contrefiche. »

Dans le Barrel ne règne qu’une seule loi : celle du plus fort. Ou du plus malin.
Et dans ce quartier de Ketterdam, sinistre, violent, pourri jusque dans ses moindres recoins, le plus malin, c’est Kaz Brekker, alias « Dirtyhands » – « les mains sales ». Inutile d’épiloguer, son nom le précède.

De la mort de son frère, victime d’un chef de gang qui a laissé les deux jeunes garçons sans le sou, Kaz a gardé un brûlant désir de vengeance, et l’incapacité non pas tant d’aimer que de s’ouvrir, de faire confiance, de laisser un autre être humain le toucher, moralement, physiquement. Froid, génial et arrogant, appuyé sur sa canne comme si elle était un prolongement de lui-même, Kaz Brekker a toujours un coup d’avance.

Alors quand une drogue dévastatrice – le jurda parem – se répand dans le Barrel, donnant aux Grishas – êtres dotés de pouvoirs magiques – une puissance terrifiante, capable de détruire toute forme de civilisation, c’est à Kaz que fait appel le riche mercurien Van Eck. Sa mission ? Libérer le savant à l’origine de cette drogue, prisonnier aux mains des Fjerdans. Son problème ? Il est enfermé dans une forteresse réputée imprenable. A la clé ? Une fortune. 30 millions de kruge. (suite…)

{Roman Jeunesse} La Passe- Miroir : Les fiancés de l’hiver – Christelle Dabos

fiances_de_l-hiver« Ophélie était une excellente liseuse, l’une des meilleures de sa génération. Elle pouvait déchiffrer le vécu des machines, strate après strate, siècle après siècle, au fil des mains qui les avait tâtées, utilisées, affectionnées, endommagées, rafistolées. Cette aptitude lui avait permis d’enrichir le descriptif de chaque pièce de la collection avec un sens du détail jusqu’alors inégalé. Là où ses prédécesseurs se cantonnaient à décortiquer le passé d’un ancien propriétaire, de deux à la rigueur, Ophélie remontait à la naissance de l’objet entre les doigts de son fabricant. »

Ophélie, jeune fille maladroite et réservée, vit sur l’arche d’Anima. Là, son talent de liseuse a fait d’elle une conservatrice hors-pair du musée de l’arche. En touchant les objets, Ophélie est en effet capable de lire leur histoire, et celle de ceux à qui ils ont appartenu… La seule chose que la jeune fille est incapable de lire, c’est le livre d’Artémis, l’esprit de familles d’Anima, pièce majeure, emplie de secrets, de ce musée qui est devenu tant sa maison que sa cachette. Ici, elle peut être elle-même. (suite…)

{Roman Jeunesse} Miss Peregrine et les enfants particuliers – Ransom Riggs

miss-peregrine« Quant aux histoires qui traitaient de sa vie dans l’orphelinat du pays de Galles, elles étaient encore plus fantastiques ! C’était une maison magique, où les enfants vivaient à l’abri des monstres, sur une île où il faisait toujours beau. Personne n’y tombait jamais malade et, bien sûr, personne ne mourait. ‘’Ils habitaient tous ensemble dans une immense bâtisse, sur laquelle veillait un vieil oiseau très sage’’, disait Grandpa. Mais en grandissant j’ai commencé à avoir des doutes. »

A 6 ans, Jacob veut devenir un explorateur. Les yeux emplis d’étoiles, il passe des après-midis penché sur des cartes et de vieux numéros de National Geographics, écoutant avec fascination les histoires de son grand-père qui a échappé aux monstres en passant son enfance dans un pensionnat au Pays de Galles, loin de sa Pologne natale… Un pensionnat extraordinaire où vivaient des enfants différents, particuliers : « une fillette capable de voler, un garçon qui abritait des abeilles vivantes dans son ventre ; des frère et sœur si forts qu’ils pouvaient soulever d’énormes rochers au dessus de leur tête »…. (suite…)

{Roman} Neverwhere – Neil Gaiman

neverwhere2« Donne-moi ta main. J’vais t’dire la bonne aventure. […] T’as un long chemin devant toi, dit-elle avec perplexité.
– Jusqu’à Londres.
– Non, pas seulement. ». La vieille observa un silence. « Pas la Londres que je connais. »
A ce moment, la pluie se mit à tomber, avec douceur.
« Pardon, dit-elle. Ca commence par des portes. »

Richard Mayhew, jeune cadre pas vraiment dynamique, quitte son Ecosse natale pour Londres, ce « lieu immense, ancien et incohérent ». Il s’y construit une vie parfaite(ment morne), entre son boulot parfait(ement inintéressant) et sa fiancée parfaite(ment odieuse), Jessica. (suite…)